toujours le bad boy préféré de la France trois décennies plus tard

[ad_1]

L’auteur-compositeur-interprète français Serge Gainsbourg était indéniablement l’un des grands compositeurs et mélodistes de ce pays. Mais son goût pour la provocation, jouant avec l’inceste et la misogynie à travers sa musique, aurait pu en faire une cible prête à être annulée à l’ère de #MeToo et #MeTooInceste. Trente ans après sa mort, non seulement cela ne s’est pas produit, mais il est plus populaire que jamais.

À la mort de Gainsbourg à 62 ans le 2 mars 1991, le président de l’époque, François Mitterrand, a salué sa maîtrise du langage et l’a décrit comme «notre Baudelaire, notre Apollinaire… il a élevé la chanson au niveau de l’art».

Rares sont ceux qui pourraient nier le génie musical de Gainsbourg. Les amateurs de musique classique reconnaissent l’influence de Chopin, Dvorak, Brahms et Beethoven sur son travail. Il était également à l’aise avec le jazz, la pop, le rock, voire le reggae. Il excellait dans les jeux de mots, parfois de nature sexuelle.

L’un de ses premiers exemples, les plus audacieux, est la chanson de 1966 « Les Sucettes », l’histoire d’une fille « au paradis » à chaque fois « ce petit bâton est sur sa langue ». Il a persuadé la chanteuse pop française France Gall, 18 ans à l’époque, de l’enregistrer. Gall a dit plus tard qu’elle n’avait pas compris qu’il s’agissait de fellation. Quand elle l’a découvert, elle n’a plus jamais parlé à Gainsbourg.

En septembre 2020, le chanteur belge Lio a qualifié Gainsbourg de «Weinstein de la chanson» en référence à l’ancien magnat du cinéma et délinquant sexuel condamné Harvey Weinstein. «Gainsbourg s’est mal comporté envers les jeunes femmes, il les a harcelées. J’en ai été témoin à plusieurs reprises », a déclaré Lio à la radio Arte.

Inceste au citron et autres scandales

Lio est l’une des rares personnes à avoir publiquement interpellé Gainsbourg pour la façon dont il pouvait dénigrer les femmes en personne ou en chanson.

En 1986, il a utilisé son meilleur anglais pour informer la chanteuse Whitney Houston en direct à la télévision française qu’il «voulait la baiser». Dans un autre moment télévisé mémorable, il a qualifié la chanteuse française Catherine Ringer de «salope» et de «pute» parce qu’elle avait déjà figuré dans un film porno.

L’album concept révolutionnaire de Gainsbourg « Homme à tête de chou » a un air de fémicide: « Si vous tressaillez, je vais vous tordre le cou », dit le narrateur à son amant Marilou. Et dans un accès de jalousie, il le fait.

L’un de ses plus récents succès « Love on the Beat » (un jeu de mots sur le mot d’argot français «bite» qui signifie «piqûre») présente les effets sonores S&M d’une femme giflée puis criant.

Choux et billets de métro décorent la tombe du regretté musicien, compositeur et chanteur français Serge Gainsbourg au cimetière Montparnasse à Paris, en France, le mardi 2 mars 2021. Trois décennies après sa mort, la musique de Gainsbourg a atteint une stature légendaire en France, et il a a également gagné un culte dans le monde anglophone avec des succès dans les charts au Royaume-Uni et aux États-Unis avec « Je t’aime … moi non plus » et « Bonnie and Clyde », respectivement. AP – François Mori

Mais c’est la chanson «Lemon Incest» qui est sans doute la plus provocante en 2021. Enregistrée en 1984 avec sa fille de 12 ans Charlotte Gainsbourg, le titre joue sur les mots «zeste» et «inceste». La vidéo montre un Serge aux seins nus allongé à côté de Charlotte sur un lit double. « L’amour que nous ne ferons jamais ensemble est le plus beau, le plus violent, le plus pur, le plus entêtant », chantent-ils en caressant sa joue. Alors que les critiques ont déclaré que la vidéo glamourisait les abus et la pédophilie, la chanson n’était pas interdite et en fait s’est hissé au n ° 2 des charts français.

«Très peu de ses albums pourraient sortir aujourd’hui», ont écrit les journalistes Fabrice Pliskin et David Caviglioli dans un article du Point.

«Ils combinent tous les vices recherchés par la culture d’annulation actuelle. Ils sont méchants, misanthropes, misogynes, fatphobes, élitistes, parfois racistes, sexuellement déviants, obsédés par la sensualité adolescente… quand ce n’est pas de l’inceste. « 

Gainsbarre

Les défenseurs de Gainsbourg, dont sa fille Charlotte et sa partenaire de longue date et égérie Jane Birkin, conviennent que certaines œuvres seraient censurées si elles étaient enregistrées aujourd’hui.

Interrogée mardi sur la radio France Inter sur la possibilité d’enregistrer « Lemon Incest » en 2021, Charlotte Gainsbourg a répondu « non » et a convenu qu’il serait interdit.

«Les temps ont changé, je défends la chanson, j’aimerais la chanter à nouveau, mais le sujet [of incest] est choquant », a-t-elle déclaré.

Mais dans de nombreuses interviews, elle soutient que son père était doux, drôle et plutôt réservé dans la vraie vie.

«Nous avons eu une relation très pure et magnifique, comme celle dont nous avons chanté dans« Lemon Incest »», a-t-elle déclaré.

«J’adore la chanson, pour moi c’est très innocent. Mon père joue avec la provocation, mais il est tellement sincère et honnête dans cette chanson. « 

(FICHIERS) Une photo d’archive prise le 11 mars 1984 montre l’auteur-compositeur-interprète français Serge Gainsbourg en train de fumer lors de l’émission 7 sur 7 au Studio Cognacq-Jay à Paris. – Le 2 mars 2021 marquera le 30e anniversaire de la mort de Serge Gainsbourg. AFP – PHILIPPE WOJAZER

Quant au comportement scandaleux en public, il faisait partie du personnage destructeur de «Gainsbarre» qu’il adopta dans la seconde moitié de sa carrière dans laquelle il se cachait derrière des lunettes noires, de l’alcool et de l’agressivité.

«Mon agressivité cache ma timidité», a déclaré Gainsbourg à plusieurs reprises au début de sa carrière.

Un influenceur

Bien que l’enregistrement de certaines chansons de Gainsbourg soit problématique à l’ère #MeToo, son travail continue d’inspirer et d’influencer.

Des chanteurs et musiciens français comme Benjamin Biolay, MC Solaar, Air et Feu! Chatterton reconnaît sa dette envers «l’enfant terrible» de la chanson française.

En dehors de la France, des personnalités comme Nick Cave, Portishead et Massive Attack ont ​​explicitement fait référence à son influence sur leur travail.

Le concept album fondateur de Gainsbourg en 1971, «Histoire de Melody Nelson», un flop à l’époque, est désormais salué par une génération de groupes indépendants, notamment la star américaine de l’indie Beck qui en a échantillonné sur «Sea Change» en 2002.

«C’est l’un des plus grands mariages de groupe de rock et d’orchestre que j’aie jamais entendu», a-t-il écrit dans les notes de la pochette.

«Lorsque vous écrivez des chansons pop, à un moment donné, vous n’avez pas d’autre choix que de regarder ce type emblématique, qui a dit ‘fuck you’ à tout», a déclaré Jinte Deprez du groupe belge Balthazar.

Pendant ce temps, Gainsbourg continue d’être l’un des artistes les plus streamés sur Spotify en France, et pas seulement parmi ceux qui ont grandi avec lui. 22% de ses chansons sont diffusées en streaming par le groupe des 35-44 ans, 17% par les 18-24 ans.

Insurrection en vogue

Gainsbourg a provoqué une tempête en 1979 quand il a sorti Aux Armes Et caetera – une version reggae de l’hymne national français, La Marseillaise.

Qu’un chanteur juif, accompagné de musiciens jamaïcains de premier ordre, puisse oser jouer avec l’hymne a envoyé les conservateurs et les militaires dans une frénésie. Il a reçu des menaces de mort, mais le disque s’est vendu à 600 000 exemplaires et a introduit le reggae dans le courant dominant.

Quand, en 1980, un groupe d’anciens parachutistes tenta d’empêcher Gainsbourg de se produire à Strasbourg, il leva le poing et continua la chanson a capella.

«Je pense que le reggae est une musique révolutionnaire et que La Marseillaise est une chanson révolutionnaire», a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé s’il n’était pas allé trop loin.

En 1984, il a provoqué une nouvelle indignation en mettant le feu à un billet de 500 francs à la télévision française pour protester contre le fait de devoir payer beaucoup d’impôts. La destruction des billets de banque est illégale.

Dans une mesure de la façon dont les temps ont changé, Florian Philippot, anciennement avec le parti d’extrême droite National Front et maintenant leader des Patriots, a rendu un hommage élogieux au défunt bad boy. « Une immense artiste, issue d’une époque plus libre et plus créative », écrivait-il mardi sur Twitter, ajoutant que Gainsbourg reflétait « une France qui n’avait pas renoncé à être elle-même, et qui était aimée pour cela dans le monde ».

Comme le dit la chanson de Gainsbourg: «No Comment».

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.