Les Français frustrés par le gouvernement alors que le troisième verrouillage se profile

[ad_1]

Délivré le: 19/03/2021 – 15:32

Rares sont ceux qui se sont félicités de ce troisième lock-out en France. Il est différent des deux premiers: un hybride in-out surnommé une «troisième voie» par le premier ministre Jean Castex.

Les personnes des 16 départements concernés devront porter une «attestation» (soit sur papier téléchargé sur un téléphone portable) expliquant pourquoi elles sont en déplacement. Mais contrairement au dernier lock-out, où les citoyens ont été invités à «rester chez eux», cette fois ils peuvent passer autant de temps qu’ils le souhaitent à l’extérieur mais doivent rester dans un rayon de dix kilomètres et seuls les commerces et services essentiels seront ouverts.

Il y avait beaucoup de dérision sur les médias sociaux et de confusion quant à savoir s’il s’agissait vraiment d’un verrouillage ou non.

Le président de l’Ile de France, la région qui comprend Paris et les départements environnants, affirme que les restrictions seront «très dures à supporter».

Elle a appelé à accélérer le déploiement de la vaccination et souhaite davantage d’aide financière pour les magasins et les entreprises qui seront contraints de fermer.

Marine Le Pen, patronne du parti nationaliste Rassemblement National, a été franc: «Le verrouillage, c’est ce que vous faites quand vous avez échoué dans tout le reste», a-t-elle déclaré sur Twitter.

«Retour au Moyen Âge», a tweeté Jean-Luc Mélenchon du parti d’extrême gauche LFI, déclarant au gouvernement: «Ils ont tout nié, ils n’ont rien prévu, ils n’ont rien organisé».

Il y avait peu de réconfort pour le gouvernement dans la presse, où les commentateurs ont déploré les échecs de gestion au niveau gouvernemental et européen qui ont apparemment rendu ce troisième verrouillage inévitable.

‘De retour là où nous avons commencé’

Le quotidien de gauche Libération note qu’en refusant d’imposer un lock-out fin janvier, Macron en a quand même fini avec un. Se souvenant qu’il y a presque exactement un an, Emmanuel Macron était, selon ses mots, «en guerre» contre le virus, Libé conclut que malgré «des tergiversations répétées, et tant de belles paroles», le pays est «de retour là où nous étions au début, mais avec notre fierté brisée et le moral au plus bas ».

L’ailier droit Le Figaro n’en est pas moins impressionné. Dans un article d’opinion pour le journal, le commentateur Ivan Rioufol indique clairement que le maintien du couvre-feu et le nouveau verrouillage sont simplement la preuve de l’incapacité du gouvernement à gérer la crise. Il craint que si la capacité des unités de réanimation est insuffisante, de l’argent a été répandu ailleurs. Il a particulièrement critiqué l’industrie cinématographique en France, notant que les acteurs et les techniciens ont reçu une aide financière importante du gouvernement pour les protéger économiquement de l’impact de Covid, alors que les participants à la récente cérémonie des César du film, a-t-il noté avec dégoût, avaient dépensé temps à se plaindre.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.