Pourquoi un vétérinaire sur le panel français Covid-19 a du sens

[ad_1]

Le vétérinaire Thierry Lefrançois a rejoint le Conseil scientifique français, l’organisme qui conseille le gouvernement sur Covid-19. Catherine Chirouze (infectiologue), Angele Consoli (pédopsychiatre) et Olivier Guérin (président de la Société française de gériatrie) sont également de nouveaux membres du panel.

«Je n’ai pas été le seul à le réclamer», a déclaré Loïc Dombreval, de Vence (Alpes-Maritimes).

Loïc Dombreval

«Un vétérinaire dirige les équivalents allemands et finlandais du Conseil scientifique.

«Premièrement, les coronavirus sont bien connus des vétérinaires. En fait, ce sont les vétérinaires qui les ont découverts en premier.

«Ils ont pu traiter des mammifères avec des coronavirus, et les humains sont des mammifères.

«Ils ont utilisé des traitements, développé des vaccins, évalué des traitements et des vaccins, ils ont donc une expérience dans ce domaine.

«Deuxièmement, ils sont habitués à traiter les épidémies.

«  Tous les quatre ou cinq ans, il y a de grandes épidémies chez les animaux, et l’approche des vétérinaires est toujours de traiter la population dans son ensemble, pas seulement les individus, comme la plupart des médecins ont l’expérience de le faire  »

«Nous savons également que Covid-19 est une zoonose. Il s’agit d’une maladie ou d’une infection naturellement transmissible des animaux vertébrés aux humains (on ne sait pas encore quel animal a transmis Covid-19 aux humains).

«Notre objectif est de trouver un remède pour l’homme mais le fait que nous ayons jusqu’à présent oublié l’origine animale du virus en n’incluant pas les vétérinaires dans nos recherches scientifiques me semble être une erreur de raisonnement.

«Nous devons adopter une approche globale et combiner différents domaines d’expertise, tels que la science vétérinaire et aussi l’écologie. Le rôle du vétérinaire au Conseil scientifique sera d’apporter ses connaissances sur les coronavirus et son expérience de la lutte contre ces derniers pour voir de quelle manière les protocoles de gestion des épidémies animales peuvent être dupliqués pour l’homme.

«Je ne dis pas qu’un vétérinaire entrera au Conseil scientifique dans le rôle de sauveur et agitera une baguette magique pour résoudre tous les problèmes. Cela fait partie d’une approche globale.

«Et cette approche inclusive est le seul moyen de lutter contre les futures pandémies; et il y en aura d’autres.

«Si les humains continuent à se comporter comme ils l’ont fait jusqu’à présent en termes de biodiversité, en termes de déforestation et de destruction des habitats naturels des animaux, en enlevant les animaux de leurs maisons et en les mettant en contact étroit avec des espèces avec lesquelles ils ne seraient normalement jamais en contact, nous aurons de gros problèmes.

«Les scientifiques estiment qu’il existe environ 1 000 à 1 500 virus ou bactéries dans la nature que nous ne connaissons pas encore.

«Parmi ceux-ci, nous estimons qu’il y en a environ 800 qui pourraient être pathogènes et déclencher une maladie chez l’homme.

«Si nous continuons avec cette ignorance et cette arrogance envers le monde naturel, nous nous mettrons en danger.

«C’est ce qui s’est passé avec Covid-19 et c’est pourquoi notre réponse doit être mondiale et inclure une expertise différente.»

Histoires liées

Les chiens renifleurs français détectent Covid-19 avec une précision de 94%

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.